Who said it was simple? Exhibition in Dakar,Senegal

The ‘Who said it was simple’ exhibition runs from 28 January- 29 March 2014 at the Raw Material Company Gallery in Dakar, Senegal. Through a series of exhibits,  workshops and talks the exhibition explores sexualities, the treatment of minorities and marginalised people, and what it means to create societies where people can fully express their identities including around sexuality.

w800_h500_dbe76601cb3ab068fb7c3a13d699a4fda3

L’exposition Qui a dit que c’était simple* ouvre un programme d’un an dédié aux libertés individuelles, à leur perception et à leur restriction. Le programme offrira expositions, ateliers, projections, laboratoires de réflexion et une publication finale. Qui a dit que c’était simple, le premier acte de la série d’activités, s’attache à l’univers des médias pour interroger la situation actuelle au Sénégal et en Afrique du traitement des minorités ou des marginalités.

Qui a dit que c’était simple est un programme critique ouvert commissarié par Eva Barois De Caevel. À travers un travail de mise en perspective et de mise en espace d’une abondante documentation — y compris des coupures de presse, du matériel audiovisuel et des cartes — cette exposition cherche à poser, sur la base de la production médiatique, la question du traitement des marginalités, mais aussi à poser une question plus fondamentale : comment défendre les droits humains et retrouver une structuration à laquelle la société puisse adhérer quand les conceptions des libertés individuelles, notamment en matière de sexualité, sont déterminées par un héritage complexe ainsi que par des formes contemporaines de conditionnement social?

* Le titre est emprunté à un poème d’Audre Lorde (1934-1992), auteure et activiste africaine-américaine. Le travail de cette figure importante traite de la discrimination, de la marginalisation et de la sexualité.